Famille CARAYON-DUCHÊNE

ASCENDANCE de Alain CARAYON


GENERATION 11

(côté paternel)


1024 : ... CARAYON, à venir...

1025 : ... ..., à venir...

Note : enfant : Antoine.


1026 : Philippe CROS, né à Rayssac (La Bonnaygue) ?(81) vers 1595, décédé à Rayssac (La Bonnaygue), épouse Bringuière SOULIER, à ?(81) vers 1620.

1027 : Bringuière SOULIER, née à ?(81) vers 1600, décédée à Rayssac (La Bonnaygue), fille de Maffre SOULIER et de * BARDOU, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Marie.


1028 : Antoine MAYNEAU, né à Paulinet (Ruèges) ?(81) vers 1585, décédé à Paulinet (Ruèges) (81) après (ou avant ?) janvier 1641, épouse ?.., à ?(81) vers 1615.

1029 : ... ..., à venir...

Note : enfant : François.

Note : voir testament d'un Jacques MAYNEAU époux de Marthe COMBES en 1627 chez Me ARRIBERT (3E 9/104).


1030 : Jacques BERTHOMIEU, né à Paulinet (Plagnes) ?(81) vers 1580, décédé à Paulinet (Plagnes) entre janvier 1641 et octobre 1644, épouse Jeanne TRUELLE, à ?(81) vers 1610.

1031 : Jeanne TRUELH, née à ?(81) vers 1585, décédée à Paulinet (Plagnes) (81) entre le 28 octobre 1644 et octobre 1646, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 7 enfants, dont Suzanne.

Note : Reconnaissance de dettes du 03/01/1635, au masage de Plagnes : Jacques reconnaît devoir à David de la ROCHE la somme de 762 livres, savoir 440 livres par acte de Me DURAND du 08/05/1631 et 255 livres plus 67 livres par acte du 04/10/1632, laquelle somme de 762 livres devra être remboursée à la prochaine St-Jean-Baptiste...
Note
: Testament de Jacques le 13/04/1636 : "Jacques lègue à ses enfants Raymonde épouse de Jean ANDUZE et Jeanne épouse de Guillaume AVILHAC 5 sols symboliques, celles-ci ayant déjà reçu leur dot lors de leur mariage, et à Marie, Suzanne, Marguerite et Madeleine, non mariées, à chacune 50 livres payables lorsqu'elle auront atteint l'âge de 25 ans ou à leur mariage plus 1 robe couleur brebis, 1 coussin et 2 linceuls, nomme son héritier universel et général Bernard BERTOMIEU son fils.
Note : Testament de Jeanne TRUELLE le 28/10/1644 (3E 30/32) chez Me DURAND, établi au masage de Plagnes : "Jeanne TRUELLE veuve de Jacques BERTOMIEU dudit masage laquelle étant dans son lit malade, ordonne que son corps soit enseveli au cimetière de l'église de St-Jean de Jeannes, lègue aux pauvres 1 cestier blé seigle payable par son héritier; donne et lègue à Marie, Marguerite et Magdeleine BERTOMIEU ses filles savoir à ladite Marie la somme de 60 livres, 2 linceuls et 1 coussin, et aussi à Marguerite et Magdeleine la somme de 5 livres tournois, 2 linceuls et 1 coussin aussi à chacune, donne à Raymonde BERTOMIEU sa fille femme de Jean ANDUZE la somme de 5 livres tournois, à Suzanne BERTOMIEU sa fille femme de François MAYNAU de Ruèges la somme de 5 livres, et à Jeanne BERTOMIEU sa fille épouse de Guillaume ABILHAC de la Thénèze (à Teillet) la somme de 5 livres, ordonne que Marie, Marguerite et Magdeleine soient entretenues, nomme son héritier universel et général Bernard BERTOMIEU son fils".

Note : voir quel contrat est passé sous la cote 3E9/109.


1032 à 1051 : à venir...


1052 : Jean BARROUL, né à Le Masneau-Massuguiès (La Borie des Coubès) ?(81) vers 1620, illettré, décédé à Le Masneau-Massuguiès (La Borie des Coubès) après octobre 1670, épouse Claire RAVAILHE, à ?(81) vers 1645.

1053 : Claire RAVAILHÉ, née à ?(81) vers 1625, décédée à Le Masneau-Massuguiès (La Borie des Coubès) (81) après octobre 1670, illettrée, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Jean.


1054 : André AVISOU, né à Le Masneau-Massuguiès (Puechmège) ?(81) vers 1620, métayer à Puechmègé, illettré, décédé à Le Masneau-Massuguiès (Puechmège) après octobre 1670, épouse Jeanne VALERY, à ?(81) vers 1645.

1055 : Jeanne VALERY, née à ?(81) vers 1625, illettrée, décédée à Le Masneau-Massuguiès (Puechmège) (81) après octobre 1670, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 9 enfants, dont Catherine ; 3 d'entre eux décédèrent à 3 jours d'intervalle en 1677, âgés de 8, 14, et 15 ans .

Note : Testament de André le 21/04/1693 (3E 39/41) par Me MAUREL : "Au masage de Puechmègé André AVISOU, en parfaite santé, veut que son corps soit enseveli au cimetière de l'église St-Paul de Massuguiès au tombeau de ses prédécesseurs, veut que soient distribués aux pauvres de Dieu la quantité de 14 quartes de blé seigle mesure de Massuguiès en pain cuit dans l'an de son décès devant la porte de sa maison, donne et lègue à Jacques et Thoinette AVISOU ses enfants savoir à Jacques la somme de 20 livres et à Thoinette la somme de 30 livres, payables à Jacques la moitié dans l'an après son décès et à Thoinette à son mariage; donne et lègue à André, Catherine et Marie AVISOU ses autres enfants 5 sols à chacun en surplus de ce qui leur a été constitué dans leur contrat de mariage, et institue son héritier universel et général Jean AVISOU son autre fils... Le testateur a dit ne savoir signer".


1056 à 1071 : à venir...


1072 : Antoine PUJOL, né à Le Travet ?(81) vers 1630, décédé à Le Travet (81) après 1680, épouse ..?, à ?(81) vers 1655.

1073 : ...?, à venir...

Note : enfant : Pierre.


1074 : Pierre RAISSEGUIER, né à Le Travet (Cayla) ?(81) vers 1630, décédé à Le Travet (Cayla) (81) avant février 1681, fils de Antoine RAISSEGUIER et de ..?, épouse Marie ROUMEGOUX, à ?(81) vers 1655.

1075 : Marie ROUMEGOUX, née à ?(81) vers 1635, illettrée, décédée à Le Travet (Cayla) (81) après janvier 1681, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Jeanne.


1076 : Gabriel AVISOU, né au Travet (La Micalié) ?(81) vers 1620, décédé au Travet le 20 octobre 1671 ?, épouse Françoise PAIRASTRE,  le 21 septembre 1645 au Travet (81).

1077 : Françoise PAYRASTRE, née au Travet (La Micalié) (81) vers 1625, décédée au Travet le 02 avril 1670 ?, fille de Jean PAYRASTRE et de ?..., épouse le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Jean.

Note : Testament de Gabriel le 20/11/1671 ?


1078 : Barthélemy CORBIÈRE, né à ?(81) en 1590, meunier, décédé à Arifat (Moulin de Girmanesse) (81) le 26 novembre 1680 à 90 ans, fils de Jacques CORBIÈRE et de ?, épouse en (1°) Jeanne CARAYON, le 06 mars 1625 à Arifat (81) (fille de François CARAYON et de ? ,née à Sénégas (Sarrié) ?(81) et décédée à Arifat (Moulin de Girmanesse) (81) avant 1649), en (2°) Catherine FERRIÈRES, en janvier 1649 à Albi ?(81) à l'âge de 58 ans. (voir anecdotes)

1079 : Catherine FERRIÈRES, née à Paulin ou Albi (81) en 1612, décédée à Arifat (Moulin de Girmanesse) (81) le 01 avril 1678 à 65 ans, fille de Jacques FERRIÈRES et de Madeleine CROS, épouse en (1°) Antoine FABRE, à ?(81) (né à ?(81) et décédé à St-Pierre-de-Trivisy (La Fabrié) (81) avant 1649), en (2°) le précédent à l'âge de 36 ans.

Note : eurent au moins 5 enfants dont Catherine, et Barthélemy eut au moins 7 autres enfants avec sa 1ère épouse.

Note : Contrat de mariage de Barthélemy avec Jeanne CARAYON : "François CARAYON a donné en dot à sa fille 150 livres tournois payables en 4 paies, 2 robes et 1 cotillon en drap, l'une des robes couleur bleue et l'autre ainsi que le cotillon couleur brebis, et pour le lit nuptial 1 coussin plein de plumes pesant 25 livres, 1 couverture laine bonne et suffisante, 4 linceuls en toile, 2 brebis nourricières et 1 génisse de 2 ans, et pour le festin des noces 1 cestier de blé seigle mesure de Réalmont, 4 livres tournois pour le vin, et 2 montres vingt-cinq sols pour les épices, et Jacques CORBIÈRE a donné à son fils "en considération des bons et agréables services qu'il lui a rendus et espère encore recevoir" la moitié de ses biens meubles et immeubles présents et à venir, à charge de payer la moitié des charges et dettes s'il y en a, lequel Barthélemy a reçu humblement lesdits biens...".
Note
: Contrat de mariage le 10 janvier 1649 chez Me Defos de Albi : "Entre Barthélemy CORBIÈRE fils de feu Jacques CORBIÈRE meunier du lieu de Girmanesse terre d'Arifat diocèse de Castres d'une part, et Catherine FERRIERE veuve de feu Anthoine FABRE du masage de la Fabrié paroisse de St-Pierre de Trévisy diocèse de Castres d'autre part, (...) du consentement de Jacques FERRIERE tisserand habitant du (Pally ?) son père ici présent" (acte à relire, n'ai pu le déchiffrer plus avant).


1080 à 1101 : à venir...


1102 : Jean ABOS, né à ?(81) vers 1605, décédé à ?(81) avant 1685, fils de Pierre ? ABOS et de ?..., épouse Marie VALETTE, à ?(81) vers 1630.

1103 : Marie VALETTE, née à ?(81) vers 1610, décédée à ?(81) avant 1685, fille de David ? VALETTE et de ?..., épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Jeanne.


1104 : Barthélemy CALVET, né à ?(81) vers 1635, décédé à Viane (Campguilhem (81) avant novembre 1680, épouse Judith CALVET, à ?(81) en 1661.

1105 : Judith CALVET, née à ?(81) vers 1640, décédée à Viane (Campguilhem (81)après octobre 1680, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Jean.

Note : Contrat de mariage en 1661 chez Me Martel de Sénégas ? A venir...


1106 : Bernard VALERY, né à ?(81) vers 1630, illettré, métayer à la Sigarié, décédé le 10 juillet 1680 à Viane (La Sigarié) (81), fils de Pierre VALERY et de Anne (MERCHILLE), épouse Jeanne ENJALBAL, à ?(81) vers 1655.
Note : - sur acte naissance de leur petit- fils Jean CALVET en 1681 la marraine est "Jeanne AMEN, 80 ans, grand-mère", et sur l'acte de décès de celle-ci le 10/07/1713 à la Sigarié elle est dite "veuve de Bernard VALERY"...

1107 : Jeanne ENJALBAL, née à ?(81) vers 1635, décédée à Viane (La Sigarié) (81), fille de Antoine ENJALBAL et de Marthe POUJADE, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Anne.

Note : Contrat de mariage chez Me Séverac de Viane ? A venir..


1108 : David BLAVY, né à Senaux (81) vers 1640 ?, illettré, métayer à la métairie de la Bertié ? puis de la Sautié à Lacaze, décédé à Lacaze (La Sautié) ? (81) après avril 1704, épouse en (1°) Jeanne MAFFRÉ, en (2°) Marie RIBES, à ?(81) vers 1675.

1109 : Marie RIBES, née à ?(81) vers 1650 ?, décédée à Senaux (81) ou à Lacaze (La Sautié) (81) avant mai 1704, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont David.


1110 : Jean DUPUY, né à Viane (Sepval) ?(81) en ~1652, tisserand, décédé à Viane (Sepval) le 27 mars 1703 à ~50ans, épouse Marie GACHES, à ?(81) vers 1680.

1111 : Marie GACHES, née à (81) en ~1654, décédée à Viane (Sepval) (81) le 29 décembre 1688 à ~35 ans, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Élisabeth.

Note : Capitation de 1695 : Jean DUPUY, tisserand, Sepval, valeur 3 livres.


1112 : ...  VALETTE, à venir...

1113 : ... ..., à venir...

Note : enfant : Étienne.


1114 : Étienne RABAUD, né à Escroux (Combecaude) (81) vers 1635, décédé à Escroux (Borie de Blavy) avant 1690, fils de Raymond RABAUD et de Marguerite PRIVAT, épouse Marie PAGÉS, à ?(81) vers 1665.
Note : Étienne est le frère de Jean mon ascendant n° 1134 et 2700/2701. Leurs parents sont donc une fois de plus mes ascendants.

1115 : Marie PAGÉS, née à ?(81) vers 1640, décédée à Escroux (Borie de Blavy) (81), fille de Moïse PAGÉS et de Anne CARCENAC, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 7 enfants, dont Jeanne.

Note : Quittance de Étienne le 26/06/1661 (Me AMILHAU  de St-Sever) : "Le 26 juin 1661 avant midi au lieu de St-Sever, constitué en sa personne Étienne RABAUD habitant de la métairie de Blavy juridiction de Roqueferre, lequel a confessé et reconnu avoir reçu de Raymond RABAUD son neveu habitant du masage de Combecaude juridiction de la Parrage, présent ... héritier de feu Jean RABAUD son père et de Raymond RABAUD son aïeul paternel, la somme de 350 livres que ledit Raymond lui a payé réellement  ...  et par ledit Étienne oncle reçu et emboursé ... et c'est pour tout supplément de légitime ou tout droit d'icelle qu'il pourrait prétendre sur les biens et hérédité dudit feu Raymond RABAUD son père ou Marguerite PRIVADE sa mère en quoi que lesdits droits ou supplément puissent consister au dessus de la somme de 400 livres que ledit feu RABAUD lui constitua lors de son contrat de mariage avec Marie PAGÉSE, moyennant laquelle somme de 350 livres il se départ du légat testamentaire...".

Note : Sont 3 fois mes ascendants : n° 1114/1115,  n° 1142/1143 et n° 2438/2439, par 2 des enfants de leur fille Jeanne, leur arrière-petit-fils Antoine ENJALBAL l'étant lui-même 2 fois par 2 de ses enfants.


1116 à 1131 : à venir...


1132 : Barthélemy FAGÈS, né à Paulin (Paulinet) (81) vers 1610, décédé à Paulin (Paulinet) entre le 30 septembre 1644 et le 18 février 1645, fils de Guillaume FAGES et de Guillaumette ENJALBERT, épouse Antoinette BLANC, à Le Masnau ?(81) en février 1639.

1133 : Antoinette BLANC, né à Le Masneau (81) vers 1615, décédée à ?(81) après 1662, fille de Antoine BLANC et de Hélix MAYNAU, épouse en (1°) le précédent, en (2°) Jacques PUECH, à ?(81) en février 1645 (né à ?(81) et décédé après 1662).

Note : eurent au moins 1 enfant, Pierre.

Note : Contrat de mariage le 22/02/1639 par Me DURAND de (Paulin). A venir...
Note : Testament de Barthélemy le 30/09/1644 par Me DURAND. A venir...
Note
: Accord le 18/02/1645, "au village de Paulinet, viscomté de Paulin : entre Guillaumette ENJALBERT veuve de Guillaume FAGES d'une part, et Antoinette BLANQUE veuve de Barthélemy FAGÈS, belle-mère et belle-fille, dudit village de Paulinet, lesquelles ont dit (...) que sur le contrat de mariage passé d'entre ladite Antoinette BLANQUE avec ledit feu Barthélemy FAGÈS fils de ladite ENJALBERTE, icelui feu Barthélemy FAGÈS lui avait fait donation en cas de prédécès de la somme de 50 livres (...) contrat de mariage retenu par moi DURAND notaire le 22 février 1639 et ce outre à part l'augment coutumier, et encore icelui feu Barthélemy FAGÈS par son dernier testament retenu par moi DURAND le 30 du mois de septembre dernier lui aurait donné la somme de 40 livres, qui revient en tout à la somme de 90 livres outre ledit augment, et étant ladite Antoinette BLANQUE à la veille de se remarier et convoler en secondes noces elle voulait faire demande à ladite ENJALBERT de tous les droits qu'elle pourrait avoir sur les biens dudit feu Barthélemy FAGÈS son défunt époux tellement qu'elles sont venues en accord, transigé, convenu et accordé que ladite Antoinette BLANQUE quitte ladite Guillaumette ENJALBERTE héritière dudit feu Barthélemy FAGÈS tant de la somme de 90 livres à elle donnée par ledit FAGÈS son mari que tout droit d'augment (...) et ce pour et moyennant le prix et somme entre elles convenu et accordé de 120 livres, laquelle somme ladite Guillaumette ENJALBERTE sera tenue de payer à ladite Antoinette BLANQUE aux termes qu'elle accordera en son contrat de second mariage et nonobstant ladite somme de 120 livres icelle BLANQUE ne pourra autre chose demander pour raison de ladite somme à elle donnée par ledit feu FAGÈS son mari ni dudit droit d'augment et aussi encore accordé que les 30 livres qu'elle reçoit du droit d'augment elle ne sera point tenue de les restituer...".


1134 : Jean RABAUD, né à Escroux (Combecaude) (81) vers 1605, décédé à Escroux (Combecaude) entre février 1655 et mai 1659, fils de Raymond RABAUD et de Marguerite PRIVAT, épouse Louise MAUREL, à ?(81) avant août 1631.
Note : - frère de Étienne, ascendant suivant. Leurs parents sont donc une fois de plus mes ascendants.

1135 : Louise MAUREL, née à Massuguiès (Le Ponteil) (81) vers 1610, décédée à Escroux (Combecaude) (81) avant décembre 1669, fille de Pierre MAUREL et de Jeanne MESTRE, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Jean et Marie.

Note : Testament de Jean le 05/02/1655. A venir...

Note : Sont 2 fois mes ascendants, n° 1134/1135 et n° 2700/2701, par leurs enfants Jean et Marie.

Note : Il y avait une suspicion sur les parents de Louise créée par le testament de Antoine MAUREL époux de Claire CHABBERT du 29/07/1631 (3E 8792) établi par Me MANILEVE à St-Salvy-de-Carcavès: Antoine MAUREL dit sa fille Louise encore célibataire en juillet 1631 et sa sœur Louise mariée à Jean RABAUD : "Antoine MAUREL, marchand du masage du Pontil juridiction de Massuguiès, étant en bonne santé et disposition de sa personne toutefois craignant à cause de la maladie contagieuse qui est aux environs et par le cas d'être infecté, veut et ordonne après la séparation de son âme que son corps soit enseveli au cimetière paroisse de St-Pol et au tombeau de ses prédécesseurs (...) et veut (...) 5 prêtres (...) messes et faire prières tant pour son âme que de ses prédécesseurs auxquels veut que soit donné à chacun pour leur débit 5 sols (...) plus a légué aux pauvres de Dieu pour charité 10 cetiers blé seigle mesure du susdit Massuguiès réduits en pain et distribués devant la porte de sa maison dans l'an de son décès, donne et lègue à Marguerite et Louise MAUREL ses enfants et filles à chacune 300 livres tournois, ensemble 4 robes, 2 de cadix et 2 de drap de pays couleur de la brebis, 4 linceuls, 1 flessade de pays (couverture blanche) et 1 coussin garni de plumes pesant 25 livres le tout payable la 1/2 à leur mariage et l'autre 1/2 en 2 paies égales 1 et 2 ans après, plus a légué à Antoine MAUREL son fils pareille somme de 300 livres payable à l'âge de la majorité ou lorsque se voulant mettre à métier et, jusqu'à ce, veut et ordonne qu'il soit entretenu par son héritier en travaillant de son pouvoir au profit de sa maison, plus a légué à Pierre et à Jean MAUREL aussi ses enfants à chacun la somme de 200 livres payable lorsqu'ils auront atteint l'âge de majorité, plus a légué à Marie, Catherine, Jacques, Marguerite et Louise MAUREL ses sœurs à chacun 5 sols en sus de leur constitution de mariage, plus a légué à Jeanne et Catherine PUELLE ses sœurs utérines aussi à chacune d'elles 5 sols en plus de ce qui a été constitué dans leurs contrats de mariage, institue son héritière universelle et générale Claire CHABBERT sa femme bien aimée, à la charge de rendre ladite hérédité savoir l'entier masage du Pontil audit Pierre MAUREL son dit fils avec la 1/2 des meubles et cabaux, et après quoi que ledit Pierre rende à Jean MAUREL son frère lesdites 200 livres tournois (...) et la moitié de la métairie de St-Pol (...) qu'il est habitué à jouir plus la 1/2 des meubles et cabaux, plus 1 pièce de terre qu'il a à Montounous qui se confronte avec les héritiers de Barthélemy ROBERT, plus 1 autre pièce de terre à Nauriolle, plus 1 autre pièce de terre à Mainville, plus 1 pièce à Ferralz, plus 1 quantité de prés et pradal qui confronte le moulin qu'il a édifié de nouveau qui servira de borne, plus 1 autre pièce de terre à Pouzax et 1 bois qui confronte le chemin de Pouzax à Ferrières; et veut que si Jean ou Pierre venait à décéder sans être marié tout revienne à l'autre et sinon aux autres enfants mâles puis femelles, puis à Louise MAUREL sa sœur et femme de Jean RABAUD. Le testateur n'a pas signé".


1136 à 1141 : resteront inconnus.


1142 : Étienne RABAUD, né à Escroux (Combecaude) (81) vers 1635, décédé à Escroux (Borie de Blavy) avant 1690, fils de Raymond RABAUD et de Marguerite PRIVAT, épouse Marie PAGÉS, à ?(81) vers 1665.
Note : - frère de Jean, ascendant précédent. Leurs parents sont donc une fois de plus mes ascendants.

1143 : Marie PAGÉS, née à ?(81) vers 1640, décédée à Escroux (Borie de Blavy) (81), fille de Moïse PAGÉS et de Anne CARCENAC, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Jeanne.

Note : Quittance de Étienne le 26/06/1661 : voir n°1114.

Note : Sont 3 fois mes ascendants : n° 1114/1115, n° 1142/1143 et n° 2438/2439 par 2 des enfants de leur fille Jeanne, l'un de ceux-ci l'étant 2 fois.


1144 à 1151 : à venir...


1152 à 1183 : resteront inconnus.


1184 à 1215 : à venir...


1216 : Jean ENJALBAL, né à Escroux  (Le Crouzet) ?(81) vers 1655, décédé à Escroux (Le Crouzet) avant janvier 1706, épouse Isabeau ALIBERT, à ?(81) vers 1680.

1217 : Isabeau ALIBERT, née à ?(81) vers 1660, décédée à Escroux  (Le Crouzet) (81) après 1705 ?, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Pierre.

Note : Sont 2 fois mes ascendants : n° 568/569 et n° 1216/1217, leur petit-fils Antoine l'étant 2 fois par deux de ses enfants.


1218Étienne VALETTE, né à Viane (Fongayrard) ?(81) vers 1650, laboureur, sait signer, décédé à Viane (Fongayrard) le 04 août 1707 à ~60 ans, épouse Jeanne RABAUD, à Escroux ?(81) vers 1680.

1219 : Jeanne RABAUD, née à Escroux (Borie de Blavy) (81) vers 1655, illettrée, décédée à Viane (Fongayrard) (81) le 06 mai 1718 à ~75 ans, fille de Étienne RABAUD et de Marie PAGÉS, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 5 enfants, dont Antoine et Anne.

Note : ont donné à leur fille Anne (contrat de mariage du 13/01/1706) une dot de 560 livres. Lors du mariage de leur fils Jean (contrat de mariage du 25/12/1706) leur héritier universel, Étienne et Jeanne s'étaient réservé la somme de 170 livres pour leur usage personnel, ainsi que la somme de 400 livres pour la dot de leur fille Catherine.
Note : Capitation de 1695 : Étienne VALETTE, laboureur travaillant son bien, Fongairard, impôt 10 livres.

Note : Sont 3 fois mes ascendants, n° 556/557, n° 570/571 et  n° 1218/1219, par leur fils Antoine et leur fille Anne, celle-ci l'étant 2 fois.


1220 à 1227 : à venir...


1228 : Jean CALAS, né à Nages (Les Vidals) ?(81) vers 1640, laboureur, décédé à Nages (Les Vidals) (81) après février 1702, épouse Claire VIOLLE, à ?(81) vers 1665.
Note : - beau-frère de son fils à son mariage en 02/1702 : Pierre ALRAM laboureur de Rieuviel, illettré.

1229 : Claire NIEL (VIOLLE ?) : née à Murasson ?(12) vers 1645, décédée à Nages (Les Vidals) (81) après février 1702, épouse le précédent.
Notes : - "NIEL" sur l'acte de mariage de son fils, mais "VIOLLE" sur le contrat de mariage de celui-ci.
- eut au moins 1 frère, car cousin germain de son fils en 02/1702 : Pierre NIEL laboureur illettré de la ~Mautine à MURASSON.

Note : eurent au moins 2 enfants, dont Jean.


1230 : Antoine VIDAL : né à Lacaune (Le Thioys) (81) le 24 juillet 1650, laboureur de terre, 3ème consul de Lacaune en 1682, illettré, décédé à Lacaune (Le Thioys) le 04 décembre 1721 à 71 ans, fils de Jacques VIDAL et de Catherine CALAS, épouse Marie MARTY, le 14 avril1676 à Lacaune (81) à l'âge de 25 ans.
Note : -
habitaient au Gourc d'Encombe en 1702 et 1713.

1231 : Marie MARTY : née à Murasson (Poncy) (12) en 1652, décédée à Lacaune (Le Thioys) (81) le 10 novembre 1732 à 81 ans, fille de François MARTY et de Marie MARTY, épouse le précédent à l'âge de 24 ans.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Jeanne.


1232 à 1243 : à venir...


1244 : Jean SATGÉ, né à Lacaze (La Satgearié) ?(81) vers 1645, décédé à Lacaze (La Satgearié) entre le 10 juillet 1692 et le 22 novembre 1700, épouse Élisabeth CARAYON, à Lacaze ?(81) vers 1670.

1245 : Élisabeth CARAYON, née à Lacaze (Camalières) (81) vers 1650, illettrée, décédée à Lacaze (Le Pujol ?) après mai 1726, fille de Nadal CARAYON et de Judith BENAZECH ?, épouse le précédent.
Note : - l'une des branches (celle-ci ?) des CARAYON de Camalières est à l'origine des CARAYON-LATOUR.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Nadal.

Note : Testament de Jean SATGÉ le ? (avant 12/1700). A venir...
NoteTestament de Isabeau CARAYON le 15/12/1709 (3E 33/105 f 158) : "au masage de la Satgearié, paroisse de Lacaze, Isabeau CARAYON veuve de Jean SATGÉ habitant de la Satgearié, veut qu'après sa mort son corps soit enseveli au cimetière de l'église de St-Jean del Fech, que soit distribué aux pauvres de la présente terre 1 cestier de blé mesure de Lacaze en pain cuit devant la porte de la maison de son défunt mari, donne et lègue à Nadal SATGÉ son fils, à Anne SATGÉ sa fille femme de Jean CHABERT dudit Camalière, à Jeanne SATGÉ sa fille femme de Jacques BONNET habitant à présent à la métairie de Lestang près Curvale, et aux enfants de feue Judith SATGÉ aussi sa fille femme de feu Pierre ROUCAYROL de Lacaze à chacun 5 sols outre et au surplus de ce qui leur fut donné dans leurs contrats de mariage pour tous droits d'hérédité, plus lègue et donne à Jacques SATGÉ son fils cadet 1 lit garni d'une couette, 1 coussin, 2 linceuls, 1 couverture demi usée et le chalut (bois de lit) où sa dite mère couche et 1 coffre fermé à clef, plus donne et lègue à Marie BERNADOU sa belle-fille femme de Jean SATGÉ son fils aîné toutes ses robes et linge qu'elle aura à son décès, et institue son hoir universel et général ledit Jean SATGÉ, lui donne tous les biens de son chef et que de ceux qui lui furent donnés par son défunt mari dans son testament, à la charge de payer les dettes et legs. La testatrice a dit ne savoir signer ni marquer."
3/ Ventes le 22/11/1700 par Isabeau et son fils Jean d'un pré et d'une terre à un Pierre SATGÉ, de la Satgearié, et au sieur Jean CARAYON, du masage de Camalières, une chènevière dite "Le Claux", située aux appartenances dudit masage, ladite pièce ayant appartenu à feu Nadal CARAYON, père d'Isabeau.
..

Note : Une quittance du 16/02/1699 laisse apparaître que Nadal CARAYON a fait un 2ème mariage avant cette date ; Élisabeth pourrait être la fille de ce 2ème mariage et non pas de Judith BENAZECH... A suivre...


1246 : Jean CALVET, né à Lacaze (Ladières) (81) vers 1655, brassier, décédé à Lacaze (borie de la Boutarié) avant juin 1726, fils de Antoine CALVET et de Jeanne MELHER, épouse Marie RESSEGUIER, à ?(81) en octobre 1680.

1247 : Marie RAISSEGUIER, née à Lacaze (Borie de la Boutarié) (81) vers 1660, illettrée, décédée à Lacaze (borie de la Boutarié) (81) après mai 1726, fille de Pierre RAISSEGUIER et de Isabeau CHAZOTTES, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 5 enfants, dont Marie.

Note : Contrat de mariage le 29/09/1680 chez notaire Debrus de Sénégas. A venir...
Note : Testament de Marie le 16/06/1726 à la borie de la Boutarié terre de Lacaze : "Marie RAISSIGUIER habitant dudit la Borie, femme de Jean CALVET brassier quand vivait habitant de la .Boutarié, laquelle en parfaite santé veut que son corps soit enterré au cimetière Notre Dame de Sénégas dans le tombeau de ses prédécesseurs et que les honneurs funèbres lui soient faits par son héritier bas nommé, et tenant à la disposition de ses biens donne et lègue aux pauvres nécessiteux 2 cestiers seigle mesure dudit Lacaze payables par son héritier et distribuables devant la porte de sa maison, le déchargeant d'en rapporter quittance étant assurée qu'il acquittera ledit légat, plus donne et lègue à Antoine, Jacques et Marie CALVET ses enfants légitimes dudit CALVET son feu mari la somme de 20 livres à chacun que veut et entend leur être payées par son héritier le lendemain de son décès sans intérêts et moyennant quoi veut que ses dits fille et fils ne puissent autre chose demander sur ses biens à raison de leurs droits de légitime maternelle, déclarant avoir marié Élisabeth CALVET son autre fille avec Jean ROSSIGNOL de la Ginié à laquelle elle avait donné pareille somme de 20 livres moyennant quoi veut que ladite fille ne puisse rien plus demander sur ses biens lui imposant silence perpétuel; ladite testatrice a fait et institué pour son héritier universel et général qu'elle a de sa propre bouche nommé savoir est Pierre CALVET son fils aîné pour de ses dits biens et entière hérédité pour en faire et disposer à ses plaisirs et volonté tant en la vie qu'en la mort, et a dit être sa dernière volonté, cassant et révoquant tout autre qu'elle puisse avoir ci-devant fait... Fait en présence du sieur Samuel BORIE de Lacaze, du sieur Louis BONEFOUS praticien de Sénégas et Jean SATGÉ de la Satgirié (qui a signé), de Jean CROS de la ..., qui ont dit avec la testatrice ne savoir signer".


1248 : André MARC, né à ?(81) vers 1635, décédé à Escroux (La Bessière) (81) avant 1696 ?, épouse Marguerite NICOLAU, à ?(81) vers 1660.
Note : pas de André MARC dans le registre des capitations d'ESCROUX en 1695, mais 1 Paul et 1 Jean, tous 2 de la Bessière.

1249 : Marguerite NICOLAU, née à ?(81) vers 1635, décédée à Escroux (La Bessière) (81), épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Pierre.


1250 : Jean BASCOUL, né à ?(12) en ~1618, laboureur, décédé à Murasson (La Coste de Falgas, Poncy) (12) le 23 mars 1700 à ~82 ans, épouse Madeleine SICARD, à ?(12) vers 1655.

1251 : Madeleine SICARD, née à ?(12) vers 1625, décédée à Murasson (La Coste de Falgas, Poncy) (12) après février 1700, épouse le précédent. 

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Marie.

Note : Testament de Jean en 1686 chez Me AMILHAU (folio 98).


1252 : ... GINIEYS, à venir...

1253 : ... ..., à venir...

Note : enfant : Pierre.


1254 : ... FARRET, né à ?(81) vers 1645, décédé à Nages ?(81), épouse Marie TURIÈS, à ?(81) vers 1670.

1255 : Marie TURIÈS, née à ? vers 1645, décédée à Nages (81) après octobre 1727, épouse le précédent.

Note : enfant : Catherine.


1256 à 1261 : à venir...


1262 : Pierre MARTY, né à Murasson (Bechet) (12) en ~1646, brassier, charpentier, décédé à Murasson (Nagrande) (12) en ~1687 à ~41 ans, (fils de Jean MARTY et de Catherine RECORD ?), épouse Catherine MILHAU, le 19 juillet 1671 à Saint-Sevèr-du-Moustier (12) à l'âge de ~25 ans.
Notes : - dit "Verget ?
- frère : Barthélemy, laboureur au Bechet en 02/1706.
- cousin au second degré de leurs enfants en 02/1706 : François TRINQUIER.
- décès : sur acte mariage fils Barthélemy en 02/1706 est dit être "décédé depuis 18 ans".

1263 : Catherine MILHAU, née à Murasson (Nagrande) (12) vers 1645, décédée à Murasson (Nagrande) (12) entre février 1706 et janvier 1717, (fille de Jean MILHAU et de Françoise CERS ?), épouse le précédent.
Note : - décès à Viane (Fongayrard) de Catherine MILHAU âgée de ~80 ans veuve de Pierre MARTY, mais elle est dite décédée sur l'acte de mariage de leur fis Jacques en 02/1717.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Catherine.

Note : Contrat de mariage en 1671 chez Me AMILHAU de Saint-Sevèr-du-Moustier. A venir...


1264 à 1283 : à venir...


1284 : Antoine BARTHOU, né à St-Julien-d'Olargues (Le Cros) (34) vers 1630, illettré, décédé à St-Julien-d'Olargues (Le Cros) entre Janvier 1675 et  janvier 1685, fils de Michel BARTHOU et de Catherine JEAN, épouse en (1°) Jeanne BOURDEL, à ?(34) vers 1655, en (2°) Marie SENAUX, à ?(34) avant avril 1674.

1285 : Jeanne BOURDEL, née à ?(34) vers 1635, décédée à St-Julien-d'Olargues (Le Cros) avant février 1675, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 2 enfants dont Jacques, et Antoine eut au moins 1 autre enfant avec sa seconde épouse.

Note : Testament de Antoine le 25/01/1675 (2E 66/146) : "au masage du Cros St-Julien, Antoine BARTHOU fils de feu Michel dudit mas, lequel étant malade, veut que son corps soit enseveli dans le cimetière de l'église St-Julien, veut que Marie SENAUSSE sa femme soit nourrie et entretenue, vêtue et chaussée sur tous et chacun ses biens durant son vivant et qu'elle soit maîtresse de tous les biens dudit testateur comme elle l'est présentement, donne et lègue à Bernarde BARTHOUNE sa fille de feue Jeanne BOURDELLE sa précédente femme et à Marie BARTHOUNE aussi sa fille de ladite SENAUSSE la somme de 45 livres, 1 robe de cadis faite et garnie et 2 linceuls toile payables à leur mariage, plus à chacune la somme de 5 sols pour tous droits de légitime et veut qu'elles soient entretenues jusqu'aux âges du mariage dans sa maison, institue son héritier universel et général Jacques BARTHOU son fils de ladite BOURDELLE. Le testateur s'est marqué".


1286 : François RECORD, né à ?(81) en ~1616, décédé à Murat-sur-Vèbre (Les Senausses de Boissezon de Matviel) (81) le 25 février 1697 à ~80 ans, épouse Catherine SENAUX, à Murat-sur-Vèbre ? vers 1655.

1287 : Catherine SENAUX, née à Murat-sur-Vèbre (Les Senausses de Boissezon de Matviel) ?(81) vers 1635, décédée à Murat-sur-Vèbre (Les Senausses de Boissezon de Matviel) après mars 1702, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Anne.


1288 : Étienne FOUILHÉ, né à Fraïsse-sur-Agout (Coustorgues) (34) en ~ 1617, illettré, décédé à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) (34) le 10 mars 1692 à ~75 ans, fils de Pierre FOUILHÉ et de Marie THÉRON, épouse Françoise MAS, en novembre 1650 à St-Vincent-d'Olargues à l'âge de ~33 ans.

1289 : Françoise MAS, née à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) (34) vers 1630, illettrée, décédée à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) avant décembre 1681, fille de Jacques MAS et de Jeanne CROS, épouse en (1°) Antoine PLANÈS, en juin 1644 à St-Vincent-d'Olargues (fils de Mathieu PLANÈS et de Jeanne AUZIALE, né à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) (34) et décédé à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) ? avant novembre 1650), en (2°) le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants dont Antoine, et Françoise eut au moins 3 autres enfants avec son 1er époux.

Note : 1er contrat de mariage de Françoise le 18/06/1644 (2E 66/119) établi au masage de la Mazarié : "entre Antoine PLANÈS fils de feu Mathieu et de feue Jeanne AUZIALLE de Mauroul, et Françoise MASE fille de feu Jacques MAS quand vivait habitant de la Mazarié et de Jeanne CROSSE sa mère ci présente, laquelle Françoise se constitue tous les biens qu'elle a par héritage de son dit feu père, savoir 3 maisons chacune avec jardin, châtaguette et tout ce qui consiste en les biens laissés par Jacques son dit feu père; le futur se constitue la somme de 60 livres qu'il a employé à l'acquisition de (....)....".
Note : Contrat de mariage le 15/11/1650 (2E 66/125) établi au masage de la Mazarié : "Entre Étienne FOUILHÉ fils de feus Pierre et de Marie THÉRON du mas de Coustorgues, et Françoise MASE fille de feu Jacques MAS et de Jeanne CROSSE de la Mazarié, ledit FOUILHÉ de l'avis et consentement de Mathieu et Pierre FOUILHÉ ses frères et de Jean FOUILHÉ son beau-frère de Coustorgues, ladite MASE de l'avis et consentement de Jeanne CROSSE sa mère, de (Philippe ?) CABANES de Olargues son beau-frère et de Jean MILHE aussi son (...) du mas de (Cagnes ?), ladite Françoise MASE se constitue tous et chacun les biens qu'elle a reçus de son père, consistant en (...) maison (...) châtaguette, bois et autres biens, ladite Jeanne CROSSE mère de la future donne la 1/2 de tous et chacun ses biens aux conditions suivantes : veut avoir la jouissance de ladite moitié et qu'elle vive dans la même maison, pot, feu et bouche; donne et lègue à Étienne MASE femme de Jean MILHE et à Louise MASE femme dudit (...) CABANES la somme de 20 livres à chacune qui leur seront payées en 4 paies égales et veut qu'elles soient contentes. Lesdites MASE et CROSSE ont dit ne savoir signer ni marquer, le futur s'est marqué".
Note : Testament de Françoise le 07/02/1671 (2E 66/142) établi à Olargues : "Françoise MASE fille de feu Jacques MAS et de Jeanne CROSSE de la Mazarié, veuve en 1ères noces de feu Antoine PLANÈS et femme de Étienne FOUILHÉ dudit mas, laquelle en bonne santé sans être atteinte de maladie, veut que son corps soit enseveli après sa mort au cimetière de l'église de St-Vincent, donne à Louise MASE (erreur du notaire) sa fille dudit feu Antoine PLANÈS son 1er mari et à Marguerite et Anne FOUILHIERE aussi ses filles dudit Étienne FOUILHÉ la somme de 10 livres à chacune d'elles payables le jour de leur mariage et 5 sols pour tous les droits qu'elles pourraient prétendre sur ses biens, donne à Estienne PLANÈS sa fille femme de Dominique JOUGLA de la Trémolède outre et par dessus la constitution reçue dans son contrat de mariage la somme de 5 sols, donne à Barthélemy PLANÈS son dit fils dudit feu Antoine savoir un petit (puid ?) (....) situé dans la masade de la Mazarié dite la Saiguette confronte au levant ... MAS, midi au couchant Jacques MAS, (....) comme le droit qu'il a dans la masade de (.....) consistant en champs et bois de (guavin ?), nomme ses héritiers universels ses fils Barthélemy PLANÈS et Antoine FOUILHÉ à chacun d'eux par moitié. La testatrice a dit ne savoir signer ni marquer".


1290 : Antoine MAILHE, né à Fraïsse-sur-Agout (Bellaman) (34) vers 1630, décédé à Fraïsse (Bellaman) avant février 1684, épouse Marguerite THÉRON, à ?(34) vers 1655.

1291 : Marguerite THÉRON, née à ?(34) vers 1635, décédée à Fraïsse-sur-Agout (Bellaman) entre février 1684 et janvier 1688, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Jeanne.

Note : Testament de Marguerite avant février 1688 chez Me PLANQUE. A venir...


1292 : Jacques DONNADIEU, né à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) (34) en ~1637, fossoyeur de terre, illettré, décédé à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) le 11 décembre 1709 à ~72 ans, fils de André DONNADIEU et de Marie AUZIALE, épouse Jeanne VIDAL, à St-Vincent-d'Olargues ?(34) vers 1675.
Note : - frère de François, mon ascendant n° 1408. Leurs parents sont donc 2 fois mes ascendants.

1293 : Jeanne VIDAL, née à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) (34) en ~1649, décédée à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) le 07 décembre 1709 à ~60 ans, fille de Antoine VIDAL et de Catherine JEAN, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Joseph ; 4 d'entre eux décédèrent jeunes.

Note : Testament de Jacques le 01/10/1705 (2E 66/199) établi au masage de Mauroul : "Jacques DONNADIEU fossoyeur de terre, fils de feu André du masage de Mauroul, dans son lit malade, veut que son corps soit enseveli au cimetière de l'église St-Vincent, donne et lègue à tous et chacun ses parents 5 sols à partager entre eux, institue ses héritiers universels et généraux Jeanne VIDALE sa femme et Joseph DONNADIEU son fils de ladite VIDALE, veut que la 1/2 de ses biens donnés ladite VIDALE soit tenue de les rendre à Pierre DONNADIEU son autre fils qui est au service du roi, et au cas il ne reviendrait pas ou qu'il serait mort, que toute l'entière hérédité revienne audit Joseph. Le testateur n'a pu marquer à cause de sa faiblesse".


1294 : Georges VIDAL, né à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) (34) en ~1630, sait signer, décédé à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) le 20 juillet 1705 à ~75 ans, fils de Pierre VIDAL et de Marie PLANÈS, épouse Catherine ROGER, en juin 1662 à St-Martin-de-l'Arçon ?(34) à l'âge de ~31 ans.

1295 : Catherine ROGER/ROQUE, née à St-Martin-de-l'Arçon (La Coste) (34) en ~1644, décédée à St-Julien-d'Olargues (Mauroul) (34) le 02 octobre 1684 à ~40 ans, fille de Étienne ROGER et de Catherine ROGER, épouse le précédent à l'âge de ~22 ans.

Note : eurent au moins 7 enfants, dont Élisabeth et Anne.

Note : Contrat de mariage le 20/06/1662 2E 66/134). NON COMMUNICABLE.
Note : Testament de Georges le 05/05/1692 (2E 66/186). Lire au n°
730/731.

Note : Sont 3 fois mes ascendants : n° 730/731, n° 1294/1295, et n° 1438/1439 par leurs enfants et Élisabeth et Anne, laquelle l'étant 2 fois par 2 de ses enfants.


1296 : Gabriel MOUSTELON, né à St-Julien-d'Olargues (Les Horts) (34) vers 1625, marchand, sait signer, décédé à St-Julien (Les Horts) après février 1687, fils de Laurens MOUSTELON et de Gloriande DALMAS, épouse Marie MOUSTELON, le 03 juin 1653 à Roquebrun (34) .

1297 : Marie MOUSTELON, née à Roquebrun (34) vers 1630, décédée à St-Julien (Les Horts) avant mars 1687, fille de Jean MOUSTELON et de Françoise PIQUE, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Pierre.

Note : Contrat de mariage le 03/06/1653 à Roquebrun : "L'an 1653 et le troisième jour du mois de juin avant midi dans le lieu de Roquebrun régnant ... par devant moi notaire et témoins bas nommés pacte de mariage a été traité de parole et ap. ce jourd'hui ... notre Sainte mère l'église catholique apostolique romaine d'entre Gabriel MOUSTALON fils de feus Laurens MOUSTALON et Gloriande DALMAZE du mas des Horts terroir d'Olargues d'une part, et Marie MOUSTALONNE fille de Monsieur Jean MOUSTALON et Françoise PI.... vivants dudit Roquebrun d'autre part, auquel mariage ... ... savoir ledit Gabriel MOUSTALON de l'avis et consentement de Georges CARRIÈRE du lieu d'Olargues, Pierre CAL... du lieu de (Naigre ?) son beau-frère, du sieur MOUSTALON prêtre et prieur de l'Espinouse et d'autres parents et amis ici présents et d'autres absents, et ladite Marie MOUSTALONNE du consentement desdits MOUSTALON et PI... ses père et mère, de Mr François LACOURT de St-Chinian son beau-frère et de plusieurs parents et amis tous ici présents et absents et ensuivant la  permission donnée par Monsieur du VISS.. légat (d'Avignon ?) pour la parenté sanguine des dits MOUSTALON et MOUSTALONNE en date du quatrième jour du mois d'avril et ... faite par Monsieur Jean de SALVIGAT vicaire général et officiat en date du vingt-quatrième jour dudit mois signé par ledit sieur SALVIGAT vicaire général officiat et ... ... ledit SALVIGAT ... ... par lequel ordonne au prieur de Roquebrun ou à son secondaire de ... ledit mariage sans publication d'aucune annonce ... ... ... par ledit MOUSTALON des Horts et par lui ... ... pacte de forme suivant la coutume du pays. A cette cause ledit Monsieur Jean MOUSTALON père ayant pour agréable et ... ledit présent mariage a donné et donne en dot et ... à ladite Marie MOUSTALONNE sa fille pour tous droits et autres qu'elle pourrait avoir, prétendre et demander sur ses biens paternels et maternels savoir est la somme de 700 livres et ladite PI... .... ... de laquelle constitution ladite Marie MOUSTALONNE a humblement remercié ses dits père et mère et ... ... icelle susdite somme de 700 livres et ... ... ledit Gabriel MOUSTALON confesse avoir reçu des dits MOUSTALON et PI... ses beaux père et mère tout présentement et de comptant ... ... et le tout reçu à son contentement, laquelle susdite somme de 700 livres et lesdits (deux coffres ?) ledit MOUUSTALON reconnaît et assigne à ladite MOUSTALONNE sa fiancée sur tous et chacun ses biens présents et advenir pour lui ... ... ... et au présent contrat de mariage ... oblige ses biens présents et advenir et promet ledit Gabriel MOUSTALON de donner à ladite Marie MOUSTALONNE sa fiancée toutes les bagues et joyaux qu'il lui a acheté ou  achètera ... se donnent lesdits MOUSTALON et MOUSTALONNE  pour droit de ... la somme de 150 livres ... la reconnaît sur ses biens du présent et d'advenir".  
Note : Testament de Gabriel le 24/02/1687 (2E 66/212) chez Me Nègre d'Olargues : "L’an 1687 et le vingt-quatrième jour du mois de février, dans le masage des Horts terre d'Olargues diocèse de St-Pons-de-Thomières après midi, régnant Très Puissant Prince Louis par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, devant moi notaire royal de la ville et témoins bas nommés, sont comparus en personne Sieur Gabriel MOUSTALON, fils à feu Laurens, marchand, habitant dudit masage des Horts, lequel se trouvant avancé dans l'âge, jouissant néanmoins d'une parfaite santé, ayant l'usage libre de tous ses sens, considérant ni avoir chose plus certaine que la mort ni plus incertaine que l'heure d'icelle, pour suite qu'après son décès, entre ses enfants et autres prétendants à droits sur ses biens plus ayant procès et différents à raison d'iceux, a dit vouloir faire son dernier testament qu'il a ordonné en la forme et manière que s'ensuit: en premier lieu a fait le signe de la Ste croix disant in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti priant ...  de bien vouloir le recevoir dans son Saint Paradis, élisant sa sépulture au cimetière de l'église paroissiale St Julien les Olargues au tombeau de ses prédécesseurs, voulant que les honneurs funèbres neuvaine lui soient faits au dépens de ses biens, payables par son ou ses héritiers bas nommés, plus donne et lègue pour aumône 4 pilles de seigle distribuées en pain cuit devant la porte de sa maison aux pauvres de Jésus Christ, et 2 fois dans l'an de son décès et outre et par avance fait dire une neuvaine et veut que soient dites 3 messes hautes de requiem pour le repos de son âme dans l'an de son décès, pour lesquelles veut que soit payées 3 livres 80 pour chacune ; et pour la disposition de ses autres biens ledit testateur donne et lègue par droit d'institution particulière et portion héréditaire à Marie MOUTALONNE, sa fille légitime et naturelle de feu Marie MOUSTALONNE vivant femme dudit testateur, ladite Marie femme de Barthélemy JACME de ... la Voulte où la constitution a été faite dans son contrat de mariage avec ledit JACME, 5 sols payables par son héritier bas nommé, moyennant quoi la fait son héritière particulière et la tire de ses biens, plus ledit testateur donne et lègue à André, Gabriel, Françoise et Marie Jeanne MOUSTALONS ses enfants légitimes et naturels de ladite feue MOUSTALONNE sa dite femme, par droit d'institution particulière et portion héréditaire qu'il pourrait avoir et prétendre sur ses biens, la somme de 200 livres, à chacun payable par son héritier bas nommé requis après le décès dudit testateur auxdits enfants mâles ; et au cas lesdits André et Gabriel MOUSTALON prétendraient autre supplément légitime sur les biens dudit testateur, au dit cas ledit testateur veut qu'il soient …….sans aucun supplément de précompte, savoir ledit André 120 livres et ledit Gabriel 100 livres que ledit testateur a payées pour leur apprentissage et aussi à Françoise et Marie Jeanne comme elles conviendront lors de leur mariage avec mon héritier bas nommé jusques auquel ... ledit testateur veut que ses filles soit nourries et entretenues dans la maison dudit testateur en travaillant de leur possible au profit de son héritier bas nommé, ensemble une robe ... à chacune desdites Françoise et Marie Jeanne +° et moyennant codicille ledit testateur a fait ses héritiers particuliers et les tirent de ses biens ; ledit testateur donne et lègue à tous ses autres parents et prétendants droits à ses biens 5 sols à chacun, payables une seule fois par ses héritiers bas nommés ; et en tous et chacun ses autres biens tous droits et actions meubles et immeubles présents et advenir quoi que le tout puisse constituer puisse de droit appartenir audit testateur ledit testateur a fait instituer son héritier universel et général qu'il a nommé de sa bouche Sieur Pierre MOUSTALON son autre fils légitime et naturel de ladite feue MOUSTALONNE pour tous ses biens et hérédité après le décès dudit testateur ensemble de l'augment par lui gagné sur la dot de sa dite femme qu'il lui donne par express pour ses plaisirs et volonté, déclarant que la somme de 650 livres reçue par ledit Pierre MOUSTALON son fils des cas dotaux de Marie CALASSE sa belle fille ont été employées aux affaires de la maison dudit testateur, laquelle dite somme de 650 livres ledit sieur testateur reconnaît à ladite CALAS la moitié sur les biens par lui donnés à son fils dans le contrat de son mariage avec ladite CALAS, et l'autre moitié sur les autres biens par lui réservés pour l'assurance de ladite femme, et a dit ledit testateur vouloir que le prix soit divisé …………..nuncupatif (de vive voix) et a dit sa divine volonté et …par .. tant que vaille par codicille ou donation à cause de mort ou par autre meilleure forme … que instants pour valoir de droit et de coutume, cassant et renonçant aux autres testaments, codicilles et donations qu'il pourrait avoir ci devant fait et reçu, que le seul valable est ci après, et requis les témoins ci après nommés par lui reconnus de son présent testament être mémoratif et à moi notaire lui a retenu par acte concédé; fait et récité dans la maison dudit testateur, par Mr Jean MOUSTALON prêtre et prieur de l’Espinouse, les sieurs Joseph MOUSTALON, Jean RICARD du masage des Horts, André MOUSTALON de Roquebrun, Françoise LAGUYRIE, Georges CARRIÈRE et Jacme CARRIÈRE dudit Olargues, témoins requis et signés avec ledit testateur et moi Gabriel NEGRÉ notaire royal requis. Suivent les signatures de Gabriel MOUSTALON approuvant les deux guidons, MOUSTALON prieur de l’Espinouse, LAGUEYRIE, MOUSTALON, CARRIÈRE, MOUSTALON, RICARD, CARRIÈRE et NEGRÉ notaire".


1300 : André JACME (JAMME), né à Mons-la-Trivalle (Pradals) (34) vers 1610, tailleur, décédé à Mons-la-Trivalle (Pradals) avant mai 1680, fils de Pierre JACME et de Anne CAPUS, épouse Marguerite MOUSTELON, en mai 1634 à St-Julien-d'Olargues (34).
Note : - "JACME" et "JAMME" se prononcent tous deux  "JAMME" en Occitan.

1301 : Marguerite MOUSTELON, née à St-Julien-d'Olargues (Les Horts) (34) vers 1610, décédée à Mons-la-Trivalle (Pradals) avant mai 1680, , fille de André MOUSTELON et de Catherine MOUSTELON, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Georges.

Note : Contrat de mariage le 03/05/1634 chez notaire de La Salvetat-sur-Agout. A venir...


1302 : Pierre (de) GRAMOND, né à La Salvetat-sur-Agout (34) en ~1626, chirurgien, apothicaire, décédé à La Salvetat-sur-Agout le 29 septembre 1696 à ~70 ans, fils de Pierre GRAMOND et de Jeanne de DARDE, épouse Élisabeth BENOIT, en août 1649 à La Salvetat-sur-Agout à l'âge de ~23 ans.

1303 : Élisabeth BENOIT, née à La Salvetat-sur-Agout (34) en ~1624, apothicaire, fille de Jean BENOIT et de Marguerite (de) BELOT, décédée à La Salvetat-sur-Agout le 19 novembre 1694 à ~70 ans, épouse le précédent à l'âge de ~25 ans.
Note : - ""Isabeau BENOIST".

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Suzanne.

Note : Contrat de mariage le 15/08/1649 à La Salvetat. A venir...


1304 : ... CLERC, à venir...

1305 : ... ..., à venir...

Note : enfant : Antoine.


1306 : Pierre CATHALA, (sieur), né à Vieussan (34) vers 1625, décédé à Vieussan avant novembre 1680, épouse Jeanne de GABAUDAN, à ?(34) vers 1650.

1307 : Jeanne GABAUDAN, née à Lignan-sur-Orb ?(34) vers 1630, décédée à Vieussan (34) après octobre 1680, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 2 enfants, dont Marquise.

Note : parrain de leur fille Anne en 1658 : Pierre GABAUDAN procureur juridictionnel de Lignan-sur-Orb.


1308 : Pierre CÈBE, né à Olargues ?(34) en ~1632, boucher, illettré, décédé à Olargues le 21 janvier 1713 à ~80 ans, épouse Jeanne CARRIÈRE, à ?(34) vers 1655.

1309 : Jeanne CARRIÈRE, née à ?(34) vers 1635, décédée à Olargues (34) après 1691, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Bernard.


1310 : Jean "vieux" CARRIÈRE, né à Olargues ?(34) en ~1623, maître cordonnier, illettré, décédé à Olargues le 27 novembre 1703 à ~80 ans, fils de Antoine CARRIÈRE et de ?..., épouse Guillaume VALADE, à ?(34) vers 1650.

1311 : Guillaumette VALADE, née à ?(34) en ~1628, décédée à Olargues (34) le 02 septembre 1708 à ~80 ans, épouse le précédent.
Note : - "VALADE" féminin de "VALAT" ?

Note : eurent au moins 2 enfants, dont Élisabeth.

Note : Testament de Jean le 19/09/1682 (2E 66/176) : Jean CARRIÈRE "vieux" maître cordonnier d'Olargues fils de feu Antoine dudit Olargues, lequel dans son lit malade, voulant être enseveli au cimetière de l'église St-Laurent au tombeau de ses prédécesseurs, donne à Magdeleine et Isabeau CARRIÈRE ses filles de Guillaume CARRIÈRE sa femme la somme de 400 livres à chacune, payables 300 livres le jour de leur mariage et 100 livres à la fin des jours de Guillaume CARRIÈRE sa dite femme, institue son héritière universelle et générale sa dite femme Guillaume CARRIÈRE pour en disposer à ses plaisirs et volontés... Le testateur a mis ses initiales.


1312 : François VABRET, né à  Rosis (Douch) ?(34) vers 1625, décédé à Rosis (Douch) (34), épouse Anne THOMAS, à ?(34) vers 1650.

1313 : Anne THOMAS, née à ?(34) vers 1630, décédée à Rosis (Douch) (34), épouse le précédent.

Note : eurent au moins 1 enfant, Antoine.


1314 : Barthélemy BELAMAN, né à Castanet-le-Haut (Moulières) (34) vers 1620, décédé à Castanet-le-Haut (Moulières) après avril 1680, épouse Catherine LAURES, à ?(34) vers 1646.
Note : - sœur ? : Magdeleine.

1315 : Catherine LAURES, née à ?(34) en ~1627, décédée à Castanet-le-Haut (Moulières) (34) le 04 mars 1671 à ~43 ans, épouse le précédent à l'âge de ~19Eglise) ans.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Élisabeth.


1316 à 1331 : à venir...


1332 : Georges BOUDET, né à Murat-sur-Vèbre (Canac) (81) en ~1619, illettré, décédé à Murat-sur-Vèbre (Canac) le 09 novembre 1704 à ~85 ans, fils de Étienne BOUDET et de Suzanne BERTRAND, épouse Jeanne ARRIBAT, à Murat-sur-Vèbre en janvier 1655 à l'âge de ~36 ans.

1333 : Jeanne ARRIBAT, née à Murat-sur-Vèbre (Cambiès) vers 1635, illettrée, décédée à Murat-sur-Vèbre (Canac) avant 1693, fille de Jacques ARRIBAT et de Antoinette NEGRÉ, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Joseph.

Note : Contrat de mariage 22/01/1655 (3E 1/9078) chez Me BOYER. A venir...


1334 : Mathieu VALETTE, né à Murat-sur-Vèbre (Canac) ?(81) vers 1635, décédé à (81) Murat-sur-Vèbre (Canac) entre mars 1684 et 1692, épouse Cécile ALENGRIN, à ?(81) vers 1660.
Note : - frère : André +après 1692. 

1335 : Cécile ALENGRIN, née à ?(81) vers 1640, décédée à (81) Murat-sur-Vèbre (Canac) avant 1693, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 2 enfants, dont Isabeau.

Note : Testament ou donation le 09/03/1684 chez Me VIGUIER notaire à Brusque. A venir...


1336 à  1343 : à venir...


1344 : Jacques SÈBE, né à ?(81) vers 1640, décédé à Nages (Peyroux) (81) après mai 1701, épouse ?..., à ?(81) vers 1660.

1345 : ... ..., à venir...

Note : eurent au moins 2 enfants, dont Pierre.


1346 : Jean GELY, dit "Meunier", né à St-Vincent-d'Olargues (Mas du Gua) ?(34) en ~1648, décédé à St-Vincent-d'Olargues (Mas du Gua) le 12 janvier 1729 à ~80 ans, fils de Antoine GÉLY et de Marie TASTAVY, épouse en (1°) Marguerite FONTÈS, à St-Vincent-d'Olargues vers 1675 (née en ~1659 à St-Vincent-d'Olargues (Pradels) et décédée à St-Vincent-d'Olargues (Mas du Gua) le 07 mai 1686 à ~31 ans, fille de Pierre FONTÈS et de Lucie LONGUET), en (2°) Anne FOUILHÉ, le 27 janvier 1688 à St-Vincent-d'Olargues à l'âge de ~39 ans.
Notes : - 1er mariage par son testament.
- dit "Meunier" sur actes décès enfant en 1719 et d'épouse Anne.

1347 : Anne FOUILHÉ, née à St-Vincent-d'Olargues (Mas du Gua) (34) en ~1656, décédée à St-Vincent-d'Olargues (Mas du Gua) (34) le 01 janvier 1709 à ~50 ans, fille de Antoine  FOUILHÉ et de Marguerite AUZIALE, épouse le précédent à l'âge de ~30 ans.
Notes : - parents : parrain et marraine enfant en 1689 : Jean FOUILHÉ du Gua et Marie FOUILHÉ de Seps, oncle et tante ; marraine enfant en 1691 : Marie FOUILHÉ du Gua, tante maternelle ; parrain enfant en 1697 : Jean BOUSQUET de Seps, oncle maternel..
- problème : décès au Mas du Gua le 29/11/1724 de Anne FOUILHÉ °~1639 veuve de Jean GELY, et décès au Mas du Gua le 18/09/1680 de Marie GELY fille de Jean, et de "Anne FOUILHÉ". Y aurait-il 2 couples homonymes ?

Note : eurent au moins 6 enfants dont Magdeleine, et Jean eut eu au moins 2 autres enfants avec sa 1ère épouse.

Note : Testament de Jean  le 25/04/1704 (2E 66/198) : enfants : avec +Marguerite FONTÈS : Jean, Jeanne ; avec Anne FOUILHÉ, héritière : Étienne, Marc Antoine, Catherine, Antoine, Marguerite.


1348 : Georges VIDAL, né à Murat-sur-Vèbre (81) en ~1634, laboureur, travailleur, puis marchand, décédé à Murat-sur-Vèbre (Métairie du Bousquet) le 25 novembre 1699 à ~65 ans, fils de Charles VIDAL et de Marthe OULÈS, épouse Jeanne FARENQ, le 24 juin 1660 à Murat-sur-Vèbre à l'âge de ~25 ans.

1349 : Jeanne FARENQ, née à Murat-sur-Vèbre (81) en ~1646, décédée à Murat-sur-Vèbre (Métairie du Bousquet) le 02 mai 1727 à ~80 ans, fille de Jacques FARENQ et de Catherine PALLIER, épouse le précédent à l'âge de ~16 ans.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Charles.

Note : Contrat de mariage le 09/05/1660 (3E 9080) établi à la Borie du Bousquet par Me Boyer notaire de Boissezon : "L'an 1660 et le 9ème jour du mois de mai après midi régnant le prince Louis par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre au lieu-dit La Borie de Bousquet, terre et juridiction de , diocèse de Castres sénéchaussée de Carcassonne, par-devant moi notaire royal constitués en leur personne Georges VIDAL fils légitime et naturel de Charles VIDAL et de feue Marthe OULÈSE ses père et mère du lieu de Murat et sur ma juridiction d'une part, et Jeanne FARENQUE fille légitime et naturelle de Jacques FARENC et de Catherine PALLIERE ses père et mère de ladite métairie de Bousquet d'autre, lesquelles parties d'une réciproque volonté et stipulation acceptant ont dit avoir (...); ledit Georges VIDAL a promis et promet de prendre pour femme et légitime épouse ladite Jeanne FARENQUE et ce du propre consentement dudit Charles VIDAL son père et de Bernard VABRE son beau-frère, et ladite Jeanne FARENQUE a promis et promet de prendre pour son mari et légitime époux ledit Georges VIDAL du propre vouloir et consentement des susdits Jacques FARENC et Catherine PALLIERE ses père et mère, Pierre FARENC son oncle et ses parents et amis à la 1ère réquisition faite par l'une des parties. Jacques FARENC père de ladite Jeanne a donné et donne à icelle pour les bons et agréables services qu'il a reçus et espère encore recevoir par donation pure et simple entre vifs à jamais irrévocable savoir tous et chacun ses biens meubles et immeubles présents et advenir pour en faire et disposer à ses plaisir et volonté à la charge de payer à Magdeleine, Marie et Marthe FARENQUE ses filles légitimes et naturelles de ladite PALLIERE la somme de 200 livres à leur mariage ou lorsqu'ils auront atteint l'âge requis, veut qu'elles soient contentes et ne puissent demander autre chose, veut qu'elles soient nourries, vêtues et chaussées aux dépens de ses biens jusqu'à leur mariage ou l'âge requis à la charge qu'elles travaillent sans lesdits biens de ce qu'elles pourront faire, et donne à sa dite femme Catherine PALLIERE pareille somme de 200 livres pour pareil droit et qu'elle soit nourrie, vêtue et chaussée aux même conditions, et en cas où ils ne pourraient vivre d'accord veut que lui soit payé annuellement 12 cestiers seigle secs mesure de Murat plus 5 quintaux vin, 1 pourceau valant 12 livres, 5 pounières sel, 20 livres d'huile d'olive, 2 canes (1 cane = 1,82m) drap de pays, 2 cestiers avoine, de pouvoir demeurer dans sa maison (familiale ?) où il est présentement et que lesdits futurs prendront la 1/2 d'icelle du côté du Midi, plus se réserve 1/2 cartairée de terre pour pouvoir faire une canalière (champ de chanvre) que ladite donataire sera tenue de lui rendre toutes les années cultivée et rendre prête à semer à ses coûts et dépens, comme aussi de pouvoir prendre des herbes potagères du jardin et des nabeaus de la nabière tous les ans pendant la vie dudit donateur et de sa dite femme; plus se réserve la somme de 20 livres tournois pour pouvoir faire et disposer, plus au cas de maladie du donateur ou de sa dite femme de les faire traiter aux coûts et dépens de ses biens, soins, médicaments ou autres nécessaires; et au cas ou le donateur viendrait à décéder avant ladite PAILLERE lui payer la 1/2 des susdites pensions et donations. Et ledit Charles VIDAL père dudit Georges VIDAL futur mari a donné et donne à icelui la somme de 200 livres tournois conformément au contrat de mariage passé lors du mariage de sa fille Marguerite avec Bernard VABRE fait par Me CALAS notaire de Nages, outre laquelle ledit Georges VIDAL futur mari a été constitué et constitue de son chef la somme de 500 livres laquelle somme (...) savoir ledit VIDAL à sa future épouse la somme de 60 livres et ladite Jeanne FARENQUE à son futur époux moitié moins que (...) la somme de 12 livres (...) le jour après leur décès et pouvoir faire et disposer à leur plaisir et volonté en la vie et la mort (...)".


1350 : Jean RABAUD, né à Escroux (Combecaude) (81) vers 1645, marchand, décédé à Escroux (Combecaude) avant mars 1696, fils de Jean RABAUD et de Louise MAUREL, épouse Jeanne CABANEL, en décembre 1669 à Laval-Roquecézière ?(12).
Note : Jean RABAUD est le frère de Marie, mon ascendante n° 567. Leurs parents sont donc 2 fois mes ascendants.

1351 : Jeanne CABANEL, née à Laval-Roquecézière (Sermet) (12) vers 1645, décédée à Escroux (Combecaude) (81) après février 1696, fille de Pierre CABANEL et de Guillaumette VALETTE, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 3 enfants, dont Catherine.

Note : Contrat de mariage le 27/11/1669 établi par Me Maurel, de Massuguiès : "Comme ainsi soit qu'il y a été traité mariage entre Jean RABAUD fils légitime et naturel de feu Antoine (erreur du notaire, il s'agit de Jean) et de feue Louise MAUREL du masage de Combecaude juridiction de la Parrage et Jeanne CABANELLE fille légitime et naturelle de feu maître Pierre CABANEL substitut de Monsieur le Procureur Général du Roi au siège de Roquecézière et de Guillaumette VALETTE mariés du masage de Sermet juridiction dudit Roquecézière (...) ont été constitués en leurs personnes ledit Jean RABAUD assisté de Raymond RABAUD son frère (...), et ladite Jeanne CABANELLE assistée de ladite Guillaumette VALETTE sa mère, de Maître André CABANEL son frère substitut dudit sieur Procureur général du Roi audit Roquecézière (...) lesquelles parties (...) ont de gré par acte du présent sur ledit futur mariage fait les pactes et conventions qui suivent (...) : lesdits Jean RABAUD et Jeanne CABANELLE s'épouseront et célèbreront mariage en face de l'Eglise catholique apostolique romaine (...) et pour supportation des charges (...) ledit André CABANEL en qualité dudit Pierre son père et de donataire de ladite feue Guillaumette VALETTE sa mère (...) constitue en dot à ladite CABANELLE sa sœur la somme de 1000 livres, savoir pour les droits qui peuvent compéter sur les biens de son dit père  y compris le légat fait à sa fille par ledit Pierre CABANEL dans son dernier testament la somme de 600 livres et du chef de ladite VALETTE la somme de 400 livres, et outre ce, du chef dudit CABANEL père 1 couverture laine pour le lit de la médiocre sorte, 1 coussin rempli de plume du poids de 25 livres, 2 robes raze ou cadis faites et garnies à l'usage de ladite future épouse, et 1 coffre bois de noyer fermant à clef, ladite constitution payable suivant et conformément aux termes et conditions portés par le contrat de mariage dudit Raymond RABAUD avec Guillaumette CABANELLE sa fille reçu par Me Jean AMILHAU notaire royal de St-Sever le 27 janvier 1660. Et parce que  ledit Raymond RABAUD ne se trouve pas bien disposé de sa personne depuis longtemps et ne peut pas vaquer au travail et cultures de ses biens avec l'assiduité et autant qu'il le voudrait, ledit Raymond RABAUD s'associe avec ledit Jean son frère, et rend commun avec lui tous et chacun ses biens présents et avenir (...), et ledit Jean RABAUD rend aussi commun tous ses biens présents et avenir avec ledit Raymond RABAUD son dit frère sous les pacte et conditions suivants (...):  qu'en cas lesdits Raymond et Jean RABAUD frères décèderaient sans enfants légitimes  que le survivant d'entre eux pour disposer de tous lesdits biens associés et qui ont au décès sans enfants de l'un desdits Raymond et Jean RABAUD l'autre d'iceux serait décédé sans enfants qui aura été nommé héritier ou donataire universel de son père prédécédé recueillera l'effet de ladite société (...) nonobstant ladite société et affaire que dessus ledit Raymond pourra disposer tant en la vie qu'en la mort de la somme de 1000 livres à prendre sur le blot desdits biens associés ensemble pourra disposer de tous les biens qui lui pourraient advenir avec pacte qu'en cas ledit Raymond ne disposerait avant mourir des 1000 livres que la somme de 500 livres à prendre sur lesdites 1000 livres demeurera acquise à Guillaumette CABANELLE femme dudit Raymond outre et par dessus l'augment (...) qui lui permet être acquis par le contrat de mariage sur les biens dudit Raymond RABAUD, comme aussi se réserve ledit Jean RABAUD sur le blot desdits biens associés la faculté de disposer de la somme de 500 livres tant en la vie qu'en la mort avec pacte qu'en cas il n'en aurait pas disposé (...) lesdites 500 livres demeureront acquises à ladite Jeanne CABANELLE sa future épouse pour en disposer tant en la vie qu'en la mort (...) outre et par dessus l'augment suivant la coutume d'Albi et d'Albigeois (...) se réservant de même (...) tous les biens qui lui pourraient advenir (...) que ladite somme de 1000 livres constituée en dot à ladite Jeanne CABANELLE venant à être payée aux formes que dessus audit Jean RABAUD icelui sera tenu employer lesdites 1000 livres au profit et utilité de tous lesdits biens associés, et en cas de restitution de ladite dot arrivant, que icelle dot sera répétée sur ledit blot... De plus lesdits  Raymond et Jean RABAUD frères donnent à leurs épouses respectives Jeanne et Guillaumette CABANELLE, ladite Guillaumette d'ici absente,  la quantité de 34 brebis que Raymond RABAUD, du masage des Fournails juridiction dudit la Parratge tient à cabail et gazaille desdits RABAUD frères par égales parts...".
Note : Quittance de dot le 03/04/1671établie par Me AMILHAU de St-Sever  (AD Aveyron) : "a été en sa personne constitué Jean RABAUD, marchand du masage de Combecaude (...) lequel a confessé avoir reçu de Maître André CABANEL Procureur du Roi au siège royal de Roquecézière habitant à Sermet, présent, (...) savoir est la somme de 345 livres (....) et c'est en diminution de la constitution dotale faite par ledit sieur CABANEL à Jeanne CABANEL sa sœur et femme dudit RABAUD en leur contrat de mariage retenu par Maître André MAUREL notaire de Pouzax,  (...) laquelle dite somme de 345 livres (...) par ledit RABAUD à l'instant employée au paiement de partie de la constitution de Catherine RABAUDE sa sœur ainsi qu'il résulte de la quittance que lui a consentie Jean PAGÉS mari de ladite RABAUDE...
Note : Le 23/05/1669 (AD Rodez 3E 16/198) Raymond RABAUD, marchand à Combecaude, fait de Jean RABAUD son frère son héritier  sauf si la femme dudit Raymond est enceinte à son décès
".
Note : Testament de Jean, le ........ établi par Me MAUREL (non communicable)  : Jean RABAUD, marchand de Combecaude terre de Pairatgé, teste en faveur de Jean, Pierre et Catherine ses enfants de Jeanne CABANEL sa femme, et de Jean RABAUD son neveu,  fils de feu Raymond RABAUD.


1352 à 1355 : à venir...


1356 : Pierre BOUYSSOU, né à St-Vincent-d'Olargues (Raspailhac) (34) vers 1640, décédé à St-Vincent-d'Olargues (Raspailhac) entre février 1681 et  juin 1700, fils de Pierre BOUYSSOU et de Afrique VIDAL, épouse Catherine LAUTIER, le 03 juin 1666 à St-Vincent-d'Olargues.

1357 : Catherine LAUTIER, née à St-Vincent-d'Olargues (Camprouger) (34) en ~1639, décédée à St-Vincent-d'Olargues (Raspailhac) le 20 octobre 1719 à ~80 ans, fille de Thomas LAUTIER et de Catherine CALVET, épouse le précédent à l'âge de ~27 ans.
Note : -  sœur de Jean,  ascendant n °1362. ; leurs parents sont donc 2 fois mes ascendants.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Barthélemy.

Note : Contrat de mariage le 27/06/1666 (2E 66/138), mariage le 03/06/1666. A venir...
Note  : Testament de Pierre le 27/08/1680 (2E 66/205), enfants : Dorothée, Jeanne, Barthélemy héritier. A venir...


1358 : Isaac MAS, né à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) (34) en ~1637, travailleur de terre, illettré, décédé à St-Vincent d'Olargues (La Mazarié) le 01 août 1709 à ~72 ans, fils de Antoine MAS et de Bernarde THÉRON, épouse Marquise MAS, vers 1670 à St-Vincent d'Olargues ?
Note : - héritier universel de ses parents.

1359 : Marquise MAS, née à St-Vincent d'Olargues (La Mazarié) (34) en ~1640, illettrée, décédée à St-Vincent d'Olargues (La Mazarié) le 06 décembre 1724 à ~84 ans, fille de Barthélemy MAS et de Cécile THÉRON, épouse le précédent.
Note : - sœur de Étienne, ascendant n°
680. Ses parents sont donc 2 fois mes ascendants.

Note : eurent au moins 7 enfants, dont Cécile.

Note : Contrat de mariage le 26/12/1680 (2E 66/205) établi au masage de la Mazarié chez Antoine MAS : "entre Isaac MAS fils de Antoine et de feue Bernarde THERONDE de la masarié, et Marguerite MASE fille de Barthélemy et de Cécile THERONDE aussi de la Masarié. Le père de Marquise lui constitue en dot 60 livres, 2 robes l'une de cadis et l'autre de drap du pays faites et garnies, 2 linceuls, 2 chalouses, 1 brebis et 1 coffre bois châtaignier fermé à clef, le père de Isaac donne tous et chacun ses biens se réservant la 1/2 desdits biens, Isaac promettant de nourrir et entretenir son dit père sa vie durant. Le marié s'est marqué, les pères des mariés ont mis leurs initiales".
Note : Testament de Marquise le 24/06/1718 (2E 66/337) établi au masage de la Masarié : "Marquise MASE, veuve de Isaac MAS travailleur de terre habitant dudit Masarié, laquelle se trouvant avancée dans l'âge de vieillesse et craignant de ne pouvoir disposer de ses biens et pour éviter qu'après son décès il y ait procès entre ses enfants, veut que son corps soit enseveli au cimetière de l'église de St-Vincent, donne et lègue à Geneviève MASE sa fille de feu Isaac MAS la somme de 10 livres pour tous les droits qu'elle pourrait avoir et prétendre sur ses biens, payable lorsqu'elle viendra à se marier ou comme il conviendra à son héritier, plus veut que les héritiers de feue Cécile MASE son autre fille, femme de feu Barthélemy BOUISSOU de Raspaillac soient contents au moyen de la constitution qui fut faite à leur mère dans son contrat de mariage ainsi que des 5 sols qu'elle lui lègue de plus de ladite constitution, plus lègue 5 sols pour ses autres parents à diviser entre eux, et institue son héritier universel et général François MAS son autre fils pour en disposer à ses plaisirs et volontés. La testatrice a dit ne savoir signer ni marquer".


1360 : Barthélemy MAS, né à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) (34) en ~1620, décédé à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) le 18 décembre 1685 à  ~65 ans, épouse Cécile THÉRON, à ?(34) vers 1645.

1361 : Cécile THÉRON, née à ?(34) en ~1616, décédée à St-Vincent-d'Olargues (Mazarié) le 17 août 1686 à ~70 ans, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 6 enfants, dont Étienne et Marquise.

Note : Testament le 10/08/1685 (2E 66/179) établi à Olargues : "Barthélemy MAS habitant du masage de la Masarié terroir d'Olargues étant dans sa bonne mémoire et parfaite santé veut que son corps soit enseveli au cimetière de l'église de St-Vincent au tombeau de ses prédécesseurs, veut et ordonne que Cécille THERONDE sa bien aimée femme soit nourrie, entretenue, vêtue et chauffée dans sa maison tant qu'elle vivra, lègue et donne à Marie MASE sa fille de ladite THERONDE la somme de 60 livres, 1 robe de cadis faite et garnie et 2 linceuls toile payables le jour de son mariage, donne et lègue à Marquise MASE femme de Isaac MAS de la Masarié, à Marguerite MASE femme de Pierre MARTY de la Masarié et à Claire MASE femme de François POUJOL de Coursan à chacune d'elles et par dessus les constitutions à elles faites dans leurs contrats de mariage la somme de 5 sols pour tous droits de légitime afin qu'elles ne puissent rien demander d'autre sur ses biens, nomme son héritier universel et général Jean et Étienne MAS ses enfants de ladite THERONDE pour de tous et chacun ses biens après sa mort en faire et disposer à leur plaisir et volonté le tout en égales parts et portions. Le testateur a signé de ses initiales".

Note : Sont 2 fois mes ascendants (n° 1360/1361 et 2718/2719) par leurs enfants Étienne et Marquise.


1362 : Jean LAUTIER dit "Thomas, né à St-Vincent-d'Olargues (Camprouger) (34) en ~1639, illettré, décédé à St-Vincent-d'Olargues (Camprouger) le 24 mai 1700 à ~60 ans, fils de Thomas LAUTIER et de Catherine CALVET, épouse Magdeleine AUDIGUIER, en octobre 1659 à St-Vincent-d'Olargues à l'âge de ~20 ans.
Note : - frère de Catherine, mon ascendante n° 1357 ; leurs parents sont donc 2 fois mes ascendants.

1363 : Magdeleine AUDIGUIER, née à St-Vincent-d'Olargues (Violgue) (34) vers 1635, illettrée, décédée à St-Vincent-d'Olargues (Camprouger) le 18 septembre 1710 à l'âge de ~70 ans, fille de Paul AUDIGUIER et de Anne GUIBBERT, épouse le précédent.

Note : eurent au moins 4 enfants, dont Marie.

Note : Contrat de mariage le 19/10/1659 (2E 66/131) établi "au masage du Cros St-Vincent dans la maison de Jacques BERLAN : entre Jean LAUTIER fils de Thomas et de Catherine CALVETTE de Camproger et Magdeleine AUDIGUIERE fille de Paulet et de Anne GUIBBERTE de Violgue, en présence de Jean AUDIGUIER oncle de la future, ledit Paulet AUDIGUIER constitue la somme de 100 livres, 2 robes l'une de cadis de Nîmes l'autre de drap faites et garnies, 1 flessade bonne et suf