FAMILLE  CARAYON-DUCHÊNE

ANECDOTES FAMILIALES

Marcel CARAYON, instituteur
mon père


1914-1986

Inspection Académique de Versailles

Rapport d'inspection de la classe de Monsieur Marcel Carayon,

Cours Élémentaire 1ère année, école publique mixte d'application, 32 rue André Bonnenfant, St-Germain-en-Laye, Yvelines.

Le 1er février 1974.

Bâtiments et matériels :
Très bien entretenus ; la classe est bien éclairée, des tables et chaises individuelles permettraient plus de souplesse dans l'organisation.

Registre :
Les absences sont très rares dans cette classe. Le registre d'appel est régulièrement tenu et tous les tableaux sont remplis.

Tenue de la classe, ordre, discipline, éducation :
La classe est totalement nue, pas de décoration murale, mais un nombre très important de plantes vertes. Les enfants se déplacent librement et sans bruit.

Préparation:
Dans les disciplines comme le Français et les mathématiques, il existe une préparation très soigneuse qui est une véritable réflexion pédagogique.

Travail écrit :
Des exercices écrits sont faits régulièrement dans le cahier. La correction est individuelle et toujours très soigneuse. Malgré les efforts du maître, il faudrait que les cahiers soient mieux tenus.

Lecture :
Les enfants lisent l'un après l'autre. Mr. Carayon va de l'un à l'autre ; connaissant les difficultés de certains élèves, il les aide et soutient leur effort. J'aurais souhaité que la lecture débouchât sur un exercice plus riche d'expression orale ; les questions et les réponses ont été trop brièvement menées.

Écriture :
Consigne très rapide donnée au tableau noir, et ensuite travail individuel sur les cahiers d'essai. Mr. Carayon voit tous les cahiers d'essai, passe de l'un à l'autre, rappelle à chacun le graphisme de la lettre.

Cette organisation pédagogique, qui se retrouve dans toutes les activités de la classe, lui permet de soutenir les plus faibles de ses élèves et de les faire progresser.

Mathématiques :
Mise en oeuvre d'un programme transitoire.

Conseils, conclusion :
Monsieur Carayon accueille dans sa classe depuis plusieurs années des enfants d'un niveau faible, dont certains auraient pu bénéficier d'une classe d'enseignement d'adaptation.
Son organisation pédagogique très individualisée lui a permis une réussite certaine dans l'acquisition des connaissances de base. Toutefois je crois qu'il devrait s'attacher un peu plus à l'organisation pédagogique des activités d'éveil, domaine où sa culture personnelle lui permettrait sans aucun doute d'apporter un enrichissement aux élèves.

Monsieur Carayon terminera sa carrière à la fin de l'année scolaire 1974-1975. L'atmosphère qui règne dans sa classe montre quelle confiance authentique règne entre les enfants et lui. C’est une classe où les élèves sont heureux.

Note professionnelle : 16

L'Inspecteur d'Académie.



En classe. École Louis Pasteur à Orgeval, le 03 juin 1955



ÉTUDES et  CARRIÈRE

École primaire à Toulouse,
Études secondaires à l'école primaire Supérieure Berthelot de Toulouse, 45 rue des Récollets
  - Certificat d'Études Primaires

  - Brevet Élémentaire
(1930), bilingue français et espagnol, bonnes bases en Occitan,
  - Brevet Supérieur de Capacité pour l'Enseignement Primaire (11 octobre 1934)
Instituteur suppléant en 05/1935 à Toulouse, surveillant des colonies scolaires de Toulouse durant l'été 1935,
Instituteur suppléant à Toulouse le 09/12/1935,
Service militaire du 01/04/1936 jusqu'au 07/04/1938, matricule 1477, 42ème Régiment d'Infanterie de Forteresse de Neuf-Brisach , secrétaire du Capitaine Trésorier Mazurier à la caserne Lacarre de Colmar , 1ère classe le 18/03/1937 , puis caporal  le 01/031938, renvoyé dans ses foyers le 07/04/1938.
Surveillant des colonies scolaires de Toulouse lors de l'été 1938 ,
Instituteur remplaçant (et secrétaire de mairie) à Morainvilliers (78) (du 11/10/1938 au ~10/07/1939), sa classe unique comptant 45 élèves ,
Mobilisé à l'entrée en guerre le 01/09/1939, arrivé à Agen le 05/09/1939 et affecté à la 2ème Cie de passage du dépôt d'Infanterie n° 172, affecté le 19/11/1939 à la Cie du Train n° 1100/21 du Centre d'État-Major de Paris (École Militaire, place des Invalides) dans les services du Général commandant la Région de Paris, Maréchal des Logis le 01/04/1940, affecté à la "zone des Armées" dans les services du Général en Chef des Armées du 18/06/1940 au 27/06/1940 (ce qui signifie repli avec l'État-major des Armées sur Montauban, où il passa les mois de juillet et août chez l'habitant), démobilisé le 03/09/1940 et renvoyé dans ses foyers le 12/09/1940,
Instituteur remplaçant (et secrétaire de mairie) à Morainvilliers (78) du 15/09/1940 au 12/05/1942 (sa classe unique de garçons compta jusqu'à 77 élèves du fait de l'inscription de nombreux enfants repliés de Paris au début de l'occupation Allemande),
Certificat d'Aptitude Pédagogique (31 décembre 1941),
Titularisé le 01/01/1942,
Instituteur remplaçant au groupe Jean Jaurès de Poissy (78) en 04/1942,
Instituteur titulaire à l'école des garçons, Place de l'Église, à Orgeval (78) (du 13/05/1942 au 30/06/1955) puis à l'école des garçons Louis Pasteur à Orgeval (78)  (du 01/09/1955 au 01/07/1960, faisant fonction de directeur pour l'année scolaire 1958-1959),
Instituteur titulaire à l'école d'application André Bonnenfant de St-Germain-en-laye (78) (du 01/09/1960 au 30/06/1975),
Professeur en enseignement technologique (en cours du soir) des apprentis en Certificat d'Aptitudes Professionnelles (1961-1975),
Retraité au 01/07/1975.

Instituteur honoraire
,
Médaille de bronze de l'Enseignement Technologique .

Durant toute sa carrière, de 1938 à 1975, durant laquelle il enseigna à 676 élèves, mon père fut également professeur des cours du soir pour les apprentis préparant leur C.A.P. et donna de nombreux cours particuliers à nombre d'enfants, le tout après l'heure "d'étude" qui avait lieu de 16h45 à 18h chaque soir de la semaine pour les élèves dont les parents travaillaient...

Il fut très apprécié, tant des élèves que de leurs parents. Il accumula durant ces 38 ans de double enseignement les cadeaux de ses élèves, tant à Noël et à Pâques qu'en fin d'année scolaire : cigarettes, cigarillos, chocolats, fruits confits, paires de chaussettes (!), mouchoirs, briquets, cravates et autres petits présents, dessins d'enfants, lettres de remerciement, cartes postales, etc. Les commerçants parents d'anciens élèves tenaient à lui faire des réductions lors de ses achats...


Allocution pour le départ en retraite de Monsieur Marcel CARAYON, juillet 1975 

 

... Monsieur CARAYON était le collègue polyvalent par excellence, qui accueillait avec la même bonne volonté tous les élèves, quels que soient  leur âge, leur nationalité, leur niveau et la nature des difficultés qu'ils présentaient pour leurs apprentissages scolaires.

Nous lui en savons tous gré et nous lui en sommes reconnaissants, car il a rendu, depuis son arrivée à Saint-Germain en septembre 1960, de nombreux et grands services à l'école et à ses deux directeurs successifs, lesquels pouvaient compter sur son dévouement sans réserve et sur ses connaissances administratives, mais aussi à ses collègues, et surtout aux enfants venus de l'étranger, aux enfants trop sensibles ou en difficulté.

Le talent de Monsieur CARAYON avait encore d'autres facettes : Monsieur CARAYON parle couramment l'espagnol, ce fut une aide précieuse dans une école comme la nôtre.

Monsieur CARAYON est aussi expert en météorologie : quand d'aucuns se fient à leur grenouille, lui sait tirer parti de la position des nids de pie et des phases de la lune; et nous avons pu vérifier la qualité de ses prévisions. Je vois là une chance pour sa retraite...

Je n'oublierai pas, enfin, ses talents de jardinier et combien il nous faisait profiter de ses travaux du mercredi et du samedi dans la propriété familiale de son épouse.

Qu'il soit enfin remercié de sa générosité et de son entrain, et qu'il veuille bien accepter de notre part à tous ce souvenir, en témoignage de notre sympathie...



ACADÉMIE DE PARIS

INSPECTION ACADÉMIQUE DES YVELYNES

Versailles, le 08 janvier 1976

L'Inspecteur d'Académie en résidence à Versailles
à
Monsieur Marcel CARAYON

 

             J'ai le plaisir de vous faire connaître que sur ma proposition et par Arrêté en date du 29 décembre 1975 :

                                                                                                                           Monsieur le Recteur vous a décerné l'honorariat de votre fonction.

                                                                                                                                                                                       L'Inspecteur d'Académie,

                                                                                                                                                                                                     S. BONN



UN PEU
DE
NOSTALGIE


MORAINVILLIERS


Année scolaire 1938-1939, devant l'école-mairie, classe unique

Mon père enseigna à Morainvilliers de septembre 1938 à juillet 1939 puis de septembre 1940 à juillet 1941.


ORGEVAL


Ancienne école des garçons, place de l'Église


année scolaire1947-1948

   
année scolaire1948-1949                                                            année scolaire 1949-1950


année scolaire 1950-1951


Fête de fin d'année scolaire de l'école de garçons, début juillet 1950



Groupe scolaire Pasteur, 1956


       Inauguration du groupe scolaire, 11 juin 1955

Orgeval, inauguration du groupe scolaire Pasteur, 11 juin 1955

 

DISTRIBUTION DES PRIX AUX ÉLÈVES DES ÉCOLES PUBLIQUES 


Fête de fin d'année et distribution des prix, juillet 1956

 

     
Groupe scolaire Pasteur, école des garçons, années scolaires 1955-1956 et 1957-1958



Département de Seine-et-Oise

EXAMEN DU CERTIFICAT D'ÉTUDES PRIMAIRES

23 JUIN 1954

RÉDACTION

Au choix : - 1er sujet : Un ami vous offre un cadeau. Vous l'accompagnez chez le marchand. A vous de choisir. Racontez.
                  - 2ème sujet : Vos voisins vous ont donné un chien ou un chat à garder pendant leur absence. L'animal se fait écraser par une voiture. Vous écrivez au propriétaire pour lui annoncer l'accident et dire votre peine.

DICTÉE

Au pays basque

C'était la saison tardive et l'on coupe les fougères qui forment la toison des coteaux  roux. Et de grands chariots à bœufs, qui en étaient remplis, roulaient tranquillement, laissant au passage la traînée de leur senteur. Les bœufs attelés, indolents et forts, traînaient ces chariots lourds, dont les roues sont des disques pleins, comme celles de chars antiques. Les bouviers, le long bâton à la main, marchaient devant, toujours sans bruit, en espadrilles, la chemise de coton découvrant la poitrine, la veste jetée à l'épaule et le béret très enfoncé sur une face rasée, maigre et grave. Ensuite, il y avait des intervalles de solitude où l'on n'entendait plus, dans ces chemins, que le bourdonnement des mouches, à l'ombre finissante des arbres.

QUESTIONS 

           1°- en quelle saison se passe la scène ? Justifiez votre réponse à l'aide de détails du texte.

           2°- sens des mots ou expressions : "toison", "des coteaux", "la traînée de leur senteur", "indolents", "découvrant".

           3°- dans la dernière phrase, quel est le sujet de "entendaient", et donnez leur fonction.

CALCUL

Problème n° 1 - Un particulier achète une maison de 980.000 francs. Il paie en plus 25 % de frais divers et fait effectuer pour 275.000 francs de réparation.
            - quel est le prix de revient de cette maison ? 
            - ce particulier paie annuellement 12.500 francs d'impôts. Il loue sa maison 65.000 francs par an. A quel taux a-t-il placé son argent ?

Problème n° 2- Pour goudronner une route, on utilise 1.280 barils de goudron contenant chacun 200 litres, et l'on emploie 6 ouvriers pendant 15 jours.
            - à combien revient le goudronnage, si le baril de goudron vaut 1.050 francs et si le salaire journalier d'un ouvrier est de 1.120 francs ?
            - cette route mesure 4cm sur la carte routière à l'échelle 1/200.000, et on la goudronne sur une largeur de 8m. Quelle est l'épaisseur de la couche de goudron ?

SCIENCE

           1- Question commune Garçons et Filles, urbains et ruraux : Nommez un muscle. Faites en un croquis où vous indiquerez les différentes parties et où vous indiquerez aussi comment le muscle se rattache aux os. Citez un aliment qui, après digestion, est plus spécialement utilisé par les muscles.

           2- Garçons
                      - urbains : Citez trois matériaux qui peuvent entrer dans la construction d'un mur. A propos de l'un d'eux, à votre choix, donnez ses avantages et ses inconvénients.
                      - ruraux : Que savez-vous de la fonction chlorophyllienne ?

              - Filles urbaines et rurales : Quels procédés utiliseriez-vous pour conserver pour une longue durée :
                       - de la viande de porc ?
                       - des haricots verts (indiquez au moins 2 procédés) ?
                       - des oeufs ?
                       - du beurre ?

HISTOIRE

         Expliquez le mot "Renaissance". A quelle époque se produisit-elle ? Où débuta-t-elle et comment gagna-t-elle la France ? Citez un architecte et un sculpteur français de cette époque.

GÉOGRAPHIE

         Croquis des États-unis en indiquant les Océans, les états voisins, deux chaînes de montagnes, deux fleuves, quatre villes, une ligne de chemin de fer.

DESSIN

          Un cache-pot en faïence avec serviette repliée.


Quelques unes des grandes affiches scolaires éducatives utilisées alors dans toutes les écoles :




Tract (syndical ?) de la fin des années 1980 qui aurait fait beaucoup rire mon père

 

"La réforme sur l'enseignement est loin de faire l'unanimité. Un groupe d'enseignants de très haut niveau s'est penché sur une autre question qui préoccupe la majorité des futurs instituteurs, l'évolution d'un problème mathématique.

Cette comparaison vous aidera à vous y retrouver :

ENSEIGNEMENT 1960

Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 francs. Ses frais de production s'élèvent aux 4/5èmes du prix de vente. 

Quel est son bénéfice ?

ENSEIGNEMENT TRADITIONNEL 1970 :

Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 francs. Ses frais de production s'élèvent aux 4/5èmes du prix de vente, c'est-à-dire 80 francs.

Quel est son bénéfice ?

ENSEIGNEMENT MODERNE 1970 :

Un paysan échange un ensemble "P" de pommes de terre contre un ensemble "M" de pièces de monnaies. Le cardinal de l'ensemble "M" est égal à 100 et chaque élément "PFM" vaut 10 francs. Dessine 100 gros points représentant les éléments de l'ensemble "M". L'ensemble "F" des frais de production comprend 20 gros points de moins que l'ensemble "M". Représente l'ensemble "F" comme sous-ensemble de l'ensemble "M" et donne la réponse à la question suivante : 

Quel est le cardinal de l'ensemble "B" des bénéfices ? (à dessiner en rouge).

ENSEIGNEMENT RÉNOVÉ 1980 :

Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100 francs. Les frais de production s'élèvent à 80 francs, et le bénéfice est de 20 francs.

Devoir : Souligne les mots "pommes de terre" et discutes-en avec ton voisin.

ENSEIGNEMENT RÉFORMÉ 1980 :

Un peizan kapitalist privilégié sanrichi injustement de 20 francs sur un sac de patate. Analiz le teskt et recherche les fotes de contenu de gramère, d'ortografe, de pontuassion, et ensuite di se que tu pense de set maniaire de senrichir.

ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR :

Un producteur de l'espace agricole câblé consulte en conversationnel une data-bank qui display le day-rate de la patate. Il load son progiciel de computation fiable et détermine le cash-flow sur écran bit-map (sous MS DOS avec config Floppy et disque dur 40 MO).

Dessine avec ta souris le contour intégré 3D du sac de pommes de terre. Puis logues-toi au network par le 36.15 code "BP" (blue potatoes) et suis les indications du menu.

ENSEIGNEMENT 2000 :

Qu'est-ce qu'un paysan ?"